Logo de la Radio Kue Attinukan - Matimekosh-Lac John

 

« …Au mois de février est la grande chasse…aux caribous, moitié âne moitié cerf ».
Relations des Jésuites.

Depuis des millénaires le sol de cette région foulé par les caribous recelait du fer. Déjà exploité par les Vikings de l’Anse aux Meadows vers l’an 1 000 de notre ère, ceux-ci troquaient avec les autochtones des outils contre des fourrures et de l’ivoire. Mais la chasse demeura plus importante.1854. Le Père Oblat Louis Babel, passionné de géologie, voyagea à l’intérieur des terres et répertoria du fer dans la fosse du Labrador. 1892-99 le géologue Low s’inspira des écrits de Babel pour débuter ses explorations. Début de la Seconde Guerre Mondiale. Le fer est à nouveau recherché. 1953. La compagnie Iron Ore s’installe à Schefferville. Une voie ferrée la relie à Sept-Îles. 1954. Ouverture de la mine. 1956. Arrivée de dix familles innues venues de Mani Utenam au Lac John.  1957. Deux cents familles Naskapi s’installent aussi. Plus de 2 000 travailleurs de l’extérieur s’approprient la nature qui cède place aux bouleversements du territoire entier.

Schefferville  est le point de rencontre du Québec et du Labrador. Éloignée de 250 km au nord de Sept-Îles, elle se divise en deux territoires innus : Matimekush, «petite truite», qui borde le Lac Pearce, au nord de la ville, à 510 km de Sept-Îles, est d’une superficie de 68 hectares. La communauté du Lac John est sise à 3,5 km de Matimeskush, à l’est de Schefferville, et sa superficie est de 23,3 hectares. Leur population totale est de 839. Elles sont localisées sur le versant sud du bassin de la Baie d’Ungava dans le diocèse de Labrador City de la MRC de Caniapiscau. 1982. Fermeture de la mine. L’économie se base sur de petites entreprises familiales, l’administration, la foresterie, la sylviculture, l’art, l’artisanat et les services locaux. 2005. Transport ferroviaire Tshiuetin appartient aux Innus! L’implantation d’une usine de métallurgie,  la restauration d’installations minières abandonnées et le tourisme hivernal en collaboration avec les Naskapis sont envisagés. Ensemble ils entretiennent l’aéroport de Schefferville et désirent acquérir le barrage de l’Iron Ore.
Pourvoiries, écotourisme d’aventure et plein air, clubs de chasse et de pêche, tous offrent de partager l’immensité de la taïga dans le magnifique secteur de la rivière George. Lichen, épinettes noires, aurores boréales, silence apaisant et émerveillement. Découvrez Kanuauakan Atik et retrouvez un paradis perdu, seul lieu de passage millénaire des caribous au nord du 56e parallèle.