Logo de la station de radio CHME de Essipit

Radio Essipit Haute Côte-Nord
34, rue de la Réserve
Essipit (Québec) G0T 1K0

Téléphone : 418 233-2700
Télécopieur : 418 233-3326

Webdiffusion (Navigateur)

« Puis allant à L’Esquemin, vous rencontrerez deux petites îles basses avec un petit rocher à terre…». Champlain

C’est sur ce bout d’une avancée de terre dans la baie que vivaient les Innus avant l’arrivée des Européens. L’origine du nom de la communauté d’Essipit désigne "une rivière aux coquillages", Esh shipu. Cet emplacement était un lieu de rencontre entre Innus et Vikings puis pêcheurs basques depuis la première moitié du XVIe siècle. Les ruines de fours pour faire fondre la graisse des loups-marins attestent de cette réalité. Les ancêtres des Essipiunnuat contrôlaient déjà de la porte d’entrée des territoires de l’Ouest et du Nord. Cependant, parce que situé au carrefour des grandes routes commerciales de la colonie, le territoire fut morcelé. 1664. Le Père Henri Nouvel envisagea d’y créer une mission. 1830. La Baie d’Hudson devint l’unique locateur de tous les postes de traite du Saguenay Lac-St-Jean. 1850, le village des Escoumins prit son essor grâce à l’industrie forestière. 1892. Création de la réserve.

La communauté d’une superficie de 0,9 km compte environ 425 habitants. Elle est localisée sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, près de la baie des Escoumins, dans la municipalité du même nom, et située à 40 km au nord-est de Tadoussac. Le sens originel de son nom est incertain. Cela viendrait peut-être de l’innu, isko, "jusque là", et min, "petits fruits", "là où il y a des petits fruits", ou encore du micmac, qui signifierait "le guet".

Son économie repose pour beaucoup dans la mise en valeur et le respect des ressources naturelles et a comme base un système coopératif communautaire. 1980. Début de la prise en charge pour maîtriser leur destinée. L’ensemble des entreprises appartient aux membres de la communauté : pêche commerciale au crabe, transformation des produits marins, hébergement, pourvoiries, construction, foresterie, art et artisanat. De plus, leurs entreprises touristiques sont reconnues à travers le monde et le Conseil de bande est le cinquième employeur de la Haute Côte-Nord.

Le récréotourisme est un créneau d’importance: croisières aux baleines, camping en forêt, condos en bordure du fleuve, chasse dans les pourvoiries, sentiers pédestres. Bien que la langue innue soit menacée, on l’enseigne aux adultes. Des activités d’accueil et d’animation font aussi place à la découverte de l’histoire et du patrimoine. «S’adapter sans rien abandonner, pour nos pères et nos enfants», voilà la philosophie de vie de ces Innus. Devenir maîtres de leur propre réussite.