Événements publiés par SOCAM

OSM

orchestre symphonique de montréal L'Orchestre symphonique de Montréal (OSM)...
Lire la suite

Tournoi Classique des Premières Nations

Vous êtes cordialement invité(e) à la Classique des Premières Nations (tournoi de...
Lire la suite

Gouvernance autochtone

Actualités SOCAM Québec
Afficher par ordre :

Lancement de LA CHAIRE
2018-05-24

LANCEMENT DE LA CHAIRE UNESCO


La transmission culturelle chez les Premiers peuples
comme dynamique de mieux-être et d’empowerment

Une première Chaire UNESCO autochtone au Canada — une première Chaire
UNESCO à l’UQAC


Saguenay, 23 mai 2018 – C’est en présence de monsieur Sébastien Goupil, secrétaire
général de la
Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO), ainsi que de
plusieurs dignitaires que madame Nicole Bouchard, rectrice de
l’Université du Québec à
Chicoutimi (UQAC)
, a procédé au lancement officiel de la première Chaire UNESCO de
l’UQAC intitulée «
La transmission culturelle chez les Premiers peuples comme
dynamique de mieux-être et d’empowerment »
.


Ce projet découle de la volonté exprimée par le Réseau canadien des Chaires UNESCO
de développer le secteur de la recherche autochtone. C’est dans ce contexte que
Madame Élisabeth Kaine, professeure-chercheuse au Département des arts et lettres de
l’UQAC, a été invitée à déposer un projet de Chaire. Spécialiste du développement de
méthodologies créatives en travail collaboratif avec les Premières Nations, c’est dans le
domaine de la transmission culturelle comme vecteur de mieux-être qu’elle a développé
le projet avec l’aide de madame Constanza Camelo, également professeure-chercheuse
au Département des arts et lettres et cotitulaire de la Chaire.


« Dès le début de ma carrière universitaire, j’ai orienté mes recherches et mon
enseignement vers l’intégration de la parole et de la philosophie des peuples
autochtones au corpus universitaire et sur le développement de méthodologies nous
permettant de travailler ensemble. Notre nouvelle Chaire UNESCO devient le lieu
d’expression par excellence pour la mise en pratique de cette pensée de recherche
inclusive. »


- Élisabeth Kaine, cotitulaire
« Au cœur des projets de recherche de notre nouvelle Chaire UNESCO, nous
viserons à créer une passerelle qui s’articule autour des enjeux exprimés par les
Premiers peuples entre le nord et le sud des Amériques. Il s’agit de créer un dialogue
intra et internations autochtones générateur de nouvelles synergies entre les
Amériques. »


- Constanza Camelo-Suarez, cotitulaire


Après une évaluation par les pairs menée au niveau canadien et une autre évaluation
complétée par le siège de l’UNESCO, c’est avec fierté que cette première Chaire
UNESCO autochtone au Canada est lancée aujourd’hui. Il s’agit de la première Chaire
UNESCO à mettre en place une structure de gouvernance autochtone composée d’un
comité de sages autochtones qui travaille sur les grandes orientations de la Chaire. La
Chaire compte aussi un comité scientifique et un comité de gouvernance à parité
autochtone. Une des cotitulaires est d’origine autochtone et tous les chercheurs seront
invités à travailler avec un comité aviseur autochtone pour la conduite de la recherche
dont ils sont responsables. Les peuples des Premières Nations du Québec, du Canada,
de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud sont au cœur des travaux de cette
Chaire, laquelle s’inscrit dans les grands objectifs stratégiques de l’UNESCO sur la
protection de la diversité des expressions culturelles et les objectifs de développement
durable des Nations Unies.


« Nous sommes ravis d’accueillir cette nouvelle Chaire UNESCO dans notre Réseau
canadien qui compte désormais 23 membres. Les Chaires UNESCO sont de véritables
incubateurs d’excellence et d’innovation. Elles servent à bâtir des passerelles entre le
monde universitaire et la société civile. Les travaux de cette nouvelle Chaire seront d’un
intérêt tout particulier pour faire avancer la réconciliation et contribuer à l’Année
internationale des langues autochtones qui sera célébrée en 2019.
»


- Sébastien Goupil, secrétaire général de la Commission canadienne pour
l’UNESCO


La Chaire UNESCO en transmission culturelle chez les Premiers peuples comme
dynamique de mieux-être et d’empowerment a pour objectif de favoriser :

la promotion de rapport égalitaire entre les experts autochtones, les chercheurs
non universitaires et les chercheurs universitaires favorisant les rapprochements
interculturels ;


le développement des approches pratiques et théoriques innovantes à même les
pratiques culturelles autochtones sur le terrain avec les communautés et les
groupes autochtones ;


la stimulation d’une autodéfinition culturelle des communautés par elles-mêmes,
participant à leur empowerment ;


l’élaboration de programmes de recherche avec ses partenaires autochtones, à
partir de leurs préoccupations, besoins et idées, afin de répondre aux défis de
demain et de motiver de nouvelles initiatives.


Elle se veut une chef de file dans l’intégration des pratiques interculturelles des savoirs
autochtones au milieu de la recherche et de l’éducation supérieure en favorisant la mise
à contribution de la communauté des étudiants autochtones.


LA CHAIRE ET SON RAYONNEMENT
Les travaux de recherche effectués au sein de la Chaire :
permettent une réflexion collective, croisant les regards sur la tradition et les
défis contemporains des communautés, dans un mode d’autodéfinition et selon
une vision endogène ;


favorisent les rencontres entre générations où les aînés, comme passeurs
culturels, et les jeunes comme « brancheurs » médiatiques, fusionneront leurs
savoir-faire dans une réflexion commune alliant créativité et expression
identitaires, renforçant ainsi la légitimité des Anciens en tant que détenteurs de
savoirs et des jeunes en tant que générateurs d’innovations ;


permettent le renforcement des liens entre la recherche et la réalité des
Premières Nations et Inuit en ce qui concerne les transformations sociales et le
pluralisme culturel pour un développement social inclusif et durable, source de
mieux-être des collectivités ;


favorisent la génération de projets culturels novateurs créés par les communautés, selon leurs aspirations et priorités, « issus de » et « ancrés dans » leurs pratiques culturelles ;


favorisent la formation des étudiants autochtones aux pratiques de
médiation/transmission et à la recherche et stimulent le leadership des jeunes
autochtones par la valorisation de l’identité culturelle ;


favorisent une réflexion intra et internations autochtones génératrice de
nouvelles synergies.


QUELQUES NOTES SUR LES COTITULAIRES


Élisabeth Kaine est d’ascendance huronne-wendat. Professeure à l’UQAC depuis
1990, elle est spécialiste du développement de méthodologies collaboratives pour
l’autoreprésentation culturelle des autochtones. Elle a cofondé et dirigé La Boîte Rouge
vif, OBNL dédié à la valorisation des cultures autochtones, et a reçu le Prix du
gouverneur général du Canada en 2014 pour les méthodes de concertation que le
groupe de recherche qu'elle dirige a développées.


Constanza Camelo-Suarez s’intéresse à la création, à la théorisation et à la diffusion
de l’art contextuel et relationnel. Sa pratique artistique s’articule autour de l'élaboration
de dispositifs performatifs et
in situ. Elle a publié des textes qui interrogent la pratique de
l’art action ainsi que les représentations de l’interculturalité et de la mobilité dans le
milieu de l’art actuel. En tant que commissaire indépendante, Constanza CameloSuarez a organisé des rencontres théoriques et des échanges artistiques entre le
Canada et l’Amérique latine. Elle fait également partie des chercheurs du Centre de
recherches cultures-arts-sociétés (CÉLAT) et du Groupe de recherche sur la médiation
culturelle (GRMC).


À PROPOS DE LA COMMISSION CANADIENNE POUR L’UNESCO


La Commission canadienne pour l’UNESCO est le lien entre les Canadiennes et
Canadiens et le travail essentiel de l’UNESCO - l’Organisation des Nations Unies pour
l’éducation, la science et la culture. En faisant la promotion des valeurs, des priorités et
des programmes de l’UNESCO au Canada et en faisant connaître les experts canadiens
sur la scène internationale, la Commission contribue à un avenir paisible, équitable et
durable qui ne laisse personne pour compte.


- 30 -


Renseignements :
Josée Bourassa, agente d’information
Service des communications et des relations publiques
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 2431 |
josee.bourassa@uqac.ca
 


APNQL
2018-06-01

L’APNQL souligne le Mois national de l’histoire autochtone

 

Wendake, le 1er juin 2018 –L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) tient à souligner le Mois national de l’histoire autochtone qui a pour objectif de rappeler et de célébrer la contribution des peuples autochtones au Canada.

 

« Nos peuples ont occupé et occupent toujours une place fondamentale dans la création et le développement de ce pays. L’histoire est truffée des nombreuses tentatives d’assimilation de nos familles, de nos enfants et de nos communautés qui, aujourd’hui, sont plus fortes que jamais, grâce à notre résilience hors du commun. Notre jeunesse fait notre force et notre fierté. Or, devant les défis qui demeurent présents au quotidien, notamment sur les plans de la santé, de l’économie, de nos droits ancestraux et issus de traités et du mieux-être global, nous faisons encore appel à cette capacité que nous avons de nous unir, dans la solidarité, avec tous les Canadiens et Canadiennes qui ont envie de connaître et de partager notre histoire, nos histoires », déclare Ghislain Picard, chef de l’APNQL.

 

Par ailleurs, la Commission de vérité et réconciliation, dans ses appels à l’action, a notamment demandé aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux de même qu’aux administrations municipales d’adopter et de mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones dans le cadre de la réconciliation.

 

« Une véritable réconciliation avec les peuples autochtones commence d’abord par la reconnaissance de notre histoire. Ce Mois est l’occasion de saisir la balle au bond pour abolir des préjugés et briser des mythes, notamment par la promotion de notre richesse culturelle et de notre histoire, par le biais de l’éducation. Les gouvernements doivent démontrer, par des gestes concrets, que l’éducation sur l’histoire autochtone relève aussi de leur responsabilité et il faut multiplier les efforts », a déclaré le chef de l’APNQL.

 

À propos de l’APNQL

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador est l’organisme régional politique qui regroupe 43 chefs des Premières Nations au Québec et au Labrador. Suivez l’APNQL sur Twitter @APNQL.

 

- 30 -

 

Source :

Alain Garon, agaron@apnql.com

Conseiller aux communications

Cell. : 418 254-4620

 

________________

 

PRESS RELEASE

FOR IMMEDIATE DISTRIBUTION

 

The AFNQL Highlights the National Indigenous History Month

 

Wendake, June 1, 2018 – The Assembly of First Nations Quebec-Labrador (AFNQL) would like to highlight the National Indigenous History Month, which objective is to remind and celebrate the contribution of Indigenous peoples to Canada.

 

“Our peoples have occupied and still occupy a fundamental place in the creation and development of this country. History is riddled with the many attempts to assimilate our families, our children and our communities which, to this day, are stronger than ever because of our extraordinary resilience. Our youth is our strength and pride. Yet, faced with the challenges that remain in our daily lives, particularly in terms of health, economy, Aboriginal and treaty rights, and our overall well-being, we are still appealing to this capacity that we have to unite, in solidarity, with all Canadians who want to know and share our history and stories,” declared Ghislain Picard, Chief of the AFNQL.

 

Moreover, the Truth and Reconciliation Commission, in its Calls to Action, specifically called upon federal, provincial, territorial, and municipal governments to fully adopt and implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples as the framework for reconciliation.

 

“A true reconciliation with Indigenous peoples begins with the recognition of our history. This Month gives us the opportunity to unravel prejudices and bust myths, especially by promoting our cultural wealth and history through education. Governments must demonstrate, through concrete actions, that education on Indigenous history is also their responsibility and more efforts are required,” said the Chief of the AFNQL.

 

About the AFNQL

The Assembly of First Nations of Quebec and Labrador is the political organization regrouping 43 Chiefs of the First Nations in Quebec and Labrador. Follow us on Twitter @APNQL

 

- 30 –

 

Source:

Alain Garon, agaron@apnql.com

Communications Officer

Cell. : (418) 254-4620

 

 

Alain Garon

APNQL/AFNQL

Conseiller aux communications / Communications Consultant

Tél. : 418 842-5020, poste 4010

Cell.: 418-254-4620